Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

A la recherche des sons perdus...

Le Moyen-âge... Un moine sculpte une gravure sur une bougie.

bougie, moine, enregistrement, sons, fossiles

Il utilise en guise de stylet, une pointe de plume taillée.

En travaillant, il parle à son voisin de table qui exécute le même travail de sculpture.

Sans le savoir, ces deux personnes gravent à jamais leur parole dans la cire. Ils enregistrent des mots, certains incompréhensibles, mais d'autres sont très facilement reconnaissable : "fiat voluntas tuas" Notre Père en latin... en tout, sur la totalité de la surface d'une sculpture de cire, sept mots sont audibles, prononcés il y a plus de 700 ans.

Le principe, simple en apparence, consiste, après nettoyage des impuretés dans les sillons de cire, à "lire" l'enregistrement grâce à un faisceau laser. Cet enregistrement, une fois débarrassé de bruits parasites, est analysé et devient compréhensible lorsqu'il est diffusé à la bonne vitesse.

C'est cool, non ?

 

Écrire un commentaire

Optionnel